Félix Longpré

Mes informations

Date de naissance: 
12 février 1998
Lieu de naissance: 
St-Ferréoles-les-Neiges
Lieu de résidence: 
St-Ferréoles-les-Neiges
Club: 
Mont Ste-Anne
Entraîneur: 
David Grégoire / Frederic Touchette
Nombre d’années sur l’Équipe du Québec: 
0
Nombre d’années sur l’Équipe développement : 
2

Mes débuts

J’ai été initié au ski avec le programme Iniski de mon école primaire à 9 ans. J’ai commencé la compétition à mon entrée au secondaire, qui fut la même année que mes débuts au Club nordique MSA.

Mon expérience

J’ai participé à 8 championnats Canadiens, 5 en ski et 3 en vélo de montagne, ainsi qu’à 4 jeux du Québec.

J’ai accompagné mon club en tant qu’entraineur à 2 éditions des championnats Noram jeunesse (2014 et 2015)

Spécialiste des courses où mon bâton est fixé avec du duct tape à un plâtre qui me couvre la main et l’avant-bras (la presque totalité de mes courses en 2016)

Mes faits saillants

J’ai fait partie du top 5 Canadien dans 2 sports différents 3 années consécutives. 

Mes meilleures performances

Champion canadien sur 7.5km skate (2014)

3ème au cumulatif des championnats canadiens (2015)

3ème au 15km skate des championnats canadiens (2015)

Et en dehors du ski ...

J’ai beaucoup d’intérêt pour la photo et la production vidéo. Je documente les voyages de courses du Club nordique MSA avec des vidéos sur notre page facebook. 

Comme plusieurs autres skieurs, je pratique un autre sport durant l’été. Je pratique cependant ce sport, qui dans mon cas est le vélo de montagne, à un niveau aussi élevé que le ski. En effet, je suis aussi membre de l’équipe du Québec de vélo de montagne et je compétitionne de mai à aout sur le circuit de la coupe Canada. Voici donc mes conseils pour les athlètes qui comme moi ne se dédient pas une discipline:

-          Choisir ses combats : Il n’est pas possible d’arriver en début de saison aussi prêt que quelqu’un ayant accumulé le même nombre d’heures, mais spécifiques au sport. Il faut prioriser une période de repos en transition et ensuite travailler pour rattraper son retard, quitte à ne pas être à son meilleur lors des premiers événements. La plupart d’entre nous ne trouvera jamais sa limite, voyant une amélioration constante jusqu’à la fin de chaque saison.

 

-          Gainage : Peu importe votre deuxième sport, garder une routine de gainage à l’année est le meilleur moyen de ne pas accumuler de retard et d’éviter les blessures. Je ne crois pas connaître de sport pour lequel il n’est pas recommandé d’avoir les muscles stabilisateurs les plus forts possible. Comme le dirait mon entraineur, autant pour notre corps que notre vélo, c’est le ``frame`` qui retient tout ensemble.

 

-          Utiliser ses forces : le ski de fond est un sport complet, il utilise donc en partie les aspects physiques de presque tous les sports. Il est donc à l’avantage de chacun d’utiliser ce que son autre sport lui apporte en ski et aussi d’utiliser ses aptitudes de skieur de fond dans son autre discipline.

Et finalement, il n’y a aucun besoin de choisir son sport à un jeune âge. Il faut se rappeler que le seul canadien à s’être hissé dans le top 10 des championnats du monde junior courait aussi aux championnats du monde junior en vélo de montagne. Prenons pour exemple la nation la dominante du ski de fond, la Norvège. Les sportifs ne font pas partie de clubs de ski, mais de clubs de sport. Résultat : 80% des norvégiens de moins de 18 ans font partie de ces clubs. Évidemment les athlètes prioriseront une discipline à une autre, mais ils seront au moins initiés et entrainés à une grande variété de sports d’équipe et individuels. Cette absence de spécialisation avant l’âge adulte donne des athlètes complets, et ainsi les meilleurs skieurs de fond que le monde ait connu. 

Mes liens

  Équipement :

Skis : Atomic   Bâtons : Kv+  Bottes et fixation :  Atomic

Autres commanditaires : Skratch Labs, Raceday fuel

 

Retour en haut